Quel type de chaussure pour quel type de séductrice ?

- Inspiré par les films - 

Si depuis quelques années je m'attache à réinterpréter des films sous forme de séances photos, c'est parce qu'ils m'offrent une source infinie d'inspiration en matière de style ; Une Femme est une Femme, Les Parapluies de Cherbourg, ou plus récemment les deux Saint-Laurent, autant de films dont la garde-robe des personnages occupe une place omniprésente, si ce n'est totalement centrale.

J'avoue, parfois je vais voir des films parce que les héros sont bien sapés. Alors certes, on parle souvent de pièces mythiques dans l'histoire du cinéma, la jupe vichy de Bardot, le pull d'Anna Karina, mais qui des chaussures ?

"Quand je ne suis pas inspirée le matin en m'habillant, je choisis une paire dans mon placard à chaussures  qui me fera rentrer dans la peau d'une de mes icônes favorites"

[caption id="attachment_2625" align="aligncenter" width="682"]

Audrey Marchand

©Audrey Marchand[/caption] 

Mais si, souvenez-vous, dans Belle de Jour, la star du film, est-ce vraiment Catherine Deneuve, ou bien ces mythiques chaussures à boucles Roger Vivier qui crèvent l'écran du début à la fin ? Pour preuve, la vraie scène d'anthologie du film, ce n'est pas Catherine dans la boue, mais ce plan où les fameux souliers vernis se mêlent aux boots de mauvais garçon de Pierre Clémenti, et pas besoin d'être un fétichiste de la chaussure pour comprendre l'impact de cette scène, qui ferait d'ailleurs une belle pub sur papier glacé !

Quelques années plus tard, lorsque j'ai enfin mis la main sur ces merveilles à boucles, j'ai compris comment une simple paire de chaussures pouvait créer tout un personnage... Parce que bon, dans le fond, c'est quand même à ça que ça sert de s'habiller : raconter une histoire et s'en inventer d'autres !

Alors depuis, quand je ne suis pas inspirée le matin en m'habillant (ça arrive aux meilleurs), je choisis une paire dans mon shoesing qui me fera rentrer dans la peau d'une de mes icônes favorites... À renouveler tous les jours, sans modération ! En voici quelques unes...

1. Quand on veut se sentir sexy mais qu'on a la flemme de porter des talons. Une seule réponse : Brigitte Bardot.

Récemment, j'ai assisté à des débats enflammés au sujet des ballerines, qui de toute évidence souffrent ces derniers temps d'une mauvaise image, péchant sans doute par excès de confort ou de simplicité. Que nenni, et BB en est la preuve, d'ailleurs Kate Moss lui a tout pompé, ce qui est plutôt un gage de qualité. Avec ses petites ballerines noires sobrissimes, décolletées comme il faut sur le pied, Brigitte gambade, virevolte et tournoie, comme une danseuse classique délurée aux jambes bronzées.

Le combo petite robe courte et ballerines sur jambes nues est un grand classique de printemps, et si malgré mes conseils il arrive que vous doutiez encore, posez vous cette question : what would B.B. do ?

[caption id="attachment_2626" align="aligncenter" width="682"]

©Audrey Marchand

©Audrey Marchand[/caption]

2. Panne de confiance en soi ? Allez hop, cure de Rita Hayworth !

Au panthéon des actrices qui ont le plus hanté l'imaginaire érotique masculin, Rita, la « déesse de l'amour » figure certainement dans le top 3, et il suffit de regarder son film phare Gilda pour comprendre pourquoi. Gilda, c'est l'histoire d'une femme blessée qui par sa séduction incendiaire met les hommes à ses pieds pour rendre fou de jalousie son ex-amant, et vu qu'elle y parvient plutôt bien (c'est un euphémisme), on se permet de s'en inspirer pour les jours où l'amour propre est en berne.

[caption id="attachment_2622" align="aligncenter" width="682"]

©Ludovic Diacurachi

©Ludovic Diacurachi[/caption] 

Le secret de Rita alias Gilda, ce n'est pas seulement sa superbe chevelure rousse ruisselant sur ses épaules nues, c'est aussi une paire de jambes interminables qui une fois en mouvement se transforment en armes de destruction massive. À ses pieds, des sandales à plateau de style années 40, une forme qui sera reprise dans les années 70 et sera même le modèle phare de cette décennie. À porter avec une petite robe portefeuille ajustée ou une mini-jupe en daim, en choisissant un modèle à bride et talon carré. Et pour le soir, on imagine un Gilda qui serait devenue disco queen !

[caption id="attachment_2623" align="aligncenter" width="682"]

©Ludovic Diacurachi

©Ludovic Diacurachi[/caption]

3. Le secret de séduction des amazones des nuits parisiennes ? Les bottes ! Demandez à Maria Schneider !

Toute ma vie, j'ai cru que pour me sentir élégante et jolie, il fallait que je porte des talons, et durant un nombre incalculable de soirées (non mais, je suis une fille sage en fait, promis !), je me suis galérée -le mot est faible- à vaciller sur des chaussures trop hautes, à être mal à l'aise pour danser, à troquer mes ballerines pour les talons sur les quais de métro (qui ne l'a jamais fait?), pour au final réaliser, à 26 ans, que rien n'était plus sexy qu'une paire de bottes plates en cuir. Vous ne me croyez-pas ?

le dernier tango

"Rien n'était plus sexy qu'une paire de bottes plates en cuir."

Bon, je vous invite à visionner Le Dernier Tango à Paris, dans une scène (non, pas celle du beurre, je vous voiS venir...) la caméra de Bertolucci filme Maria et son chapeau orné d'une fleur, puis descend vers son manteau entrouvert sur une mini-robe jaune, et enfin, s'attarde sur ses jambes nues terminées par des bottes en cuir fauve. Je défie quiconque de me dire après coup que cette tenue n'est pas über sexy ! Mini-robe + jambes nues + bottes en cuir, c'est le trio d'enfer de la séductrice bohème, qui ose les bottes l'été -shocking! -, car elle envoie balader les conventions...

Et puis, entre nous, rien n'est plus séduisant que la confiance en soi, et une femme bien dans ses chaussures, c'est une femme qui s'amuse, profite et gambade en toute liberté, et ça c'est pas cent mille fois mieux qu'être maladroite en talons ?

 [caption id="attachment_2621" align="aligncenter" width="682"]

©Audrey Marchand

©Audrey Marchand[/caption]

*Article rédigé par Misspandora.fr