L'effet Coléoptère ou l'effet Scarabée

Les ornements vestimentaires à motifs animaux sont devenus tendance depuis quelques années et les insectes ont toujours inspiré couturiers et créateurs qu'il s'agisse de vêtements, d'accessoires ou de bijoux. Le scarabée notamment, avec sa forme ronde, ses couleurs, ses reflets irisés et chatoyants a fait du coléoptère, insecte mystérieux, un véritable accessoire de mode.

coleoptère

Scarabée et haute couture, une association inédite

Utiliser de véritables scarabées élevés spécialement en Asie pour la haute couture c'est ce qu'a fait le duo déjanté "On aura tout vu", Yassen Samouilov et Livia Stoianova, deux couturiers qui s'amusent, depuis quelques années, à coup de paillettes, de strass et d'éclats de cristaux à jouer avec la défragmentation de la lumière, les transparences et les couleurs.

En 2013, ils ont frappé fort avec la collection printemps-été Cosmic Beetle, qui met le scarabée à l'honneur à travers 23 modèles. Ce travail d'une incroyable minutie employat 11 000 ailes de coléoptères provenant de Thaïlande qui finirent superbement brodées sur des robes corsetées, des imprimés de mousseline, de satin et d'organza ainsi que sur des lunettes, des sacs, des chaussures et des bijoux. Quelques mois auparavant, le duo de créateurs avait déjà lancé une collection automne-hiver avec quelques modèles brodés d'ailes de scarabées toutes en nuances émeraude.

Un art ancestral né en Thaïlande

La technique de broderie du duo "On Aura Tout Vu" n'est pas née d'hier puisqu'elle est pratiquée depuis longtemps au royaume du Siam. Il s'agit d'un procédé d'assemblage d'ailes de scarabées que la reine Sirikit, actuelle souveraine consort de Thaïlande, tente de préserver comme une richesse traditionnelle. "On aura tout vu" utilise cette technique particulière qui consiste à poncer les ailes afin de les nettoyer puis à les percer à chaque extrémité avant de les broder ensuite à la main une par une.

Quand les insectes investissent l'univers de la joaillerie...

Si Caroline Arbour, joaillère québécoise a dévoilé des collections de bijoux en forme d'insectes en argent ou or, mêlant les pierres fines ou précieuses et parfois le bois, on assiste depuis quelques temps à Paris à un "effet scarabée" avec une tendance portée par des bijoux artistiques comme ceux de  Lindsey Bessanson, réalisés avec des insectes naturalisés, notamment des coléoptères exotiques dont les élytres aux teintes chaudes et chatoyantes se prêtent idéalement aux nombreuses applications de la joaillerie.

Avec l'Hoplia coerulea, un petit scarabée aux élytres bleu azur et aux reflets argentés, on crée des bracelets, des colliers, des médaillons, des pendants d'oreilles, des bagues ou  desbroches... jusqu'aux boutons de manchettes. Les coléoptères comme les chrysomélines au corps vert ou bleu parfois rayé de brun doré, les cétoines aux reflets métalliques ou les anoplognathes à la carapace d'or et d'émeraude donnent naissance à des bijoux hauts en couleurs tandis que les cassides du Brésil se montent en boucles d'oreilles pour offrir leurs plus beaux éclats.

Sur les vêtements, accessoires ou bijoux, l'effet scarabée est celui d'une petite bête qui vole de succès en succès !